Historique des Sciences de l'Education à Strasbourg par Yvan ABERNOT

Publié le par Archives

 

Les Sciences de l'éducation de Strasbourg ont été officiellement créées en 1975 mais cette date ne correspond ni exactement au début des activités d'enseignement et de recherche des universitaires dans ce domaine, ni à celle de l'habilitation complète du deuxième et du troisième cycles.
Avant d'être autonomes, la psychologie, la sociologie et les sous- sections de pédagogie qui s'y rattachaient, constituaient des entités dépendantes de la faculté de philosophie. Pour ne citer que quelques noms connus, HALBWACHS, travaillait à Strasbourg en sociologie et pédagogie, M. DEBESSE enseignait la psychologie de l'enfant et la pédagogie entre 1945 et 1957 avant de partir pour la Sorbonne. La sociologie fit sécession en 1970 et la psychologie en 1972.
La chaire de Psychopédagogie créée en 1964 fut occupée par  Michel TARDY. Il enseigna encore à la faculté des lettres et Sciences humaines de l'université de Strasbourg jusqu'en 1970, date à laquelle la psychologie fut rattachée a l'Université des sciences Louis Pasteur (U.L.P.), la réforme Edgar FAURE ayant créé trois universités à Strasbourg.
La réforme FOUCHET, en 1967, créa la licence et la maîtrise des Sciences de l'éducation mais à Strasbourg, la section ne prit naissance qu'en 1975. Pour des raisons historiques, il fut décidé qu'elle dépendrait administrativement de deux universités : Université Louis Pasteur (ULP) et Université des Sciences Humaines (U.S.H.S. l'actuelle Université Marc BLOCH).
 
Olivier REBOUL, professeur de philosophie de l'éducation depuis le début des années 70 à l'Université des Sciences humaines et Michel TARDY (U.L.P.) furent les premiers responsables du département de S.E. Mais, à cette époque, seul le D.E.A. dit "des formes et des théories de l'éducation était habilité. Il était délivré par l'Université des Sciences Humaines (U.S.H.S.).
En 1977, M.TARDY obtint l'habilitation pour la licence des Sciences de l'éducation qui est, depuis cette date, délivrée par l'Université Louis Pasteur. A cette époque, les étudiants étaient donc dans la situation particulière d'obtenir une licence à l'U.LP. et un D.E.A. à l'U.S.H.S. mais non de passer une maîtrise à Strasbourg. Un diplôme d'université fut créé pour pallier cette carence et permettre aux étudiants de poursuivre les deuxième et troisième cycles dans la même ville.
A partir de 1981, la maîtrise « officielle » fut intégrée au cursus et le deuxième cycle fut ainsi complet. Pourtant, la section n'était pas encore administrativement autonome. Ce n'est qu'avec la création d'une deuxième chaire de psychopédagogie et la venue de Louis LEGRAND à Strasbourg, en 1980, que les sciences de l'éducation devinrent une section indépendante de la psychologie.
Recherche et enseignement
La collaboration des deux universités, l'U.L.P. pour le deuxième cycle et l'U.S.H.S. pour le troisième cycle donnant toute satisfaction depuis leur création, elle est restée la forme administrative et fonctionnelle de la section. En fait, le troisième cycle est maintenant commun aux deux universités.
M. TARDY ayant été nommé à la mission académique de formation des personnels de l'Education nationale (M.A.F.P.E.N.) de 1982 à 1986 et les effectifs étudiants (dont nous détaillerons l'évolution ultérieurement) grossissant, des postes d'assistants et maîtres-assistants (transformés plus tard en postes de maîtres de conférences) vinrent renforcer le collège des enseignants.
Pour commencer par les enseignants de l'U.LP., dès 1970, Marie-Josée REMIGY fut nommée assistante sur un poste dépendant de la psychologie et des Sciences de l'éducation (16e et 70e section). Jean-Marie LABELLE, travaillant au département d'éducation permanente de l'U.LP. (D.E.P.U.L.P.) depuis 1975, enseigna à temps plein à la section à partir de 1982. Yvan ABERNOT fut nommé en 1983 puis Nicole BUCHER en 1990 et Jeanne MOLL en 1991. Emmanuel TRIBY le fut en septembre 1992. Louis LEGRAND, parti à la retraite, fut remplacé par Jean HOUSSAYE en 1987. Un troisième professeur, Françoise CREZE nous rejoignit en 1991.
A l'U.S.H.S., Olivier REBOUL fut secondé par J-F. GARCIA et Maurice SACHOT, maîtres de conférences. REBOUL ayant pris sa retraite en 1992,  Nadine CHARBONNEL est devenue responsable du troisième cycle.
Bien entendu, de nombreux vacataires viennent donner des enseignements dans les deux cycles assurés à Strasbourg, ils sont majoritairement enseignants universitaires dans d'autres disciplines.
En 1987, les laboratoires de chaque université ayant un nombre relativement restreint de chercheurs, ont dû se regrouper. La section des Sciences de l'éducation dépendant de deux universités, il fut décidé de constituer un groupe de recherche interuniversitaire sous la direction de M.TARDY et M. SACHOT, le C.I.R.I.D., Centre Interuniversitaire de Recherche Interdisciplinaire en Didactique. Il produit des travaux portant sur de nombreuses disciplines et organise des colloques sur les thèmes qui fédèrent des études programmées, le plus souvent, sur deux ans.
Le D.E.S.S. : Diplôme d'études supérieures spécialisées en Sciences de l'éducation fut créé en 1988 à l'initiative du Département. Ce D.E.S.S. « Responsable en formation d'adultes » est organisé conjointement par les quatre universités d'Alsace sous la responsabilité scientifique et pédagogique de Jean-Marie LABELLE.
La gestion de la formation est assurée par le Directeur du service de Formation Continue de l'Université Robert Schuman (B. CUBAYNES). Echelonnée sur un an, en alternance avec le temps de travail professionnel, cette formation de 3e cycle vise à développer les aptitudes à concevoir, élaborer, mettre en œuvre, gérer, animer, évaluer un projet de formation d'adultes dans sa double cohérence institutionnelle et pédagogique. Elle s'adresse aux personnes qui, dans les entreprises, les organismes et les institutions de formation ou d'enseignement, exercent des responsabilités dans fa formation d'adultes.
 Après la retraite du professeur TARDY, (1993) Yvan ABERNOT prend la direction du département des S.E. et du laboratoire C.I.R.A.D.E. qui devient J.E. puis E.A.. Nous déménageons au 7 rue de l'université (10 fois plus grand) et doublons l'équipe des enseignants chercheurs avec la venue de Pascal Marquet (tice), Michèle Kirch (did. des sciences), Alain JAILLET (tice et sémiologie), Elisabeth REGNAULT (interculturel).
 
L'historique de la section des Sciences de l'éducation de Strasbourg explique ses grandes orientations. Il serait fastidieux et non conforme au cadre imparti, d'établir une liste exhaustive des travaux des universitaires cités ci-dessus, Néanmoins, nous pouvons préciser les thèmes de recherche de chaque équipe.
Le professeur Michel TARDY et son équipe travaillent sur la sémiologie, plus particulièrement sur l'image en pédagogie et la transposition didactique.
Le professeur Olivier REBOUL s'intéresse à !a philosophie de l'éducation. Il travaille dans le domaine de la rhétorique.
Le professeur Louis LEGRAND, auteur du rapport sur les collèges (1983) a mené des recherches en pédagogie différenciée.
Le professeur Jean HOUSSAYE étudie les mouvements éducatifs et les implications du « triangle pédagogique » sous ses multiples facettes.
 
Quelques travaux illustratifs
- HOUSSAYE J., 1988, Le Triangle pédagogique, Berne, Peter Lang.
- HOUSSAYE J., 1989, Le Livre des - colos -, Paris, La Documentation Française.
- HOUSSAYE J. 1991, Aujourd'hui, les centres de vacances, Paris, édition matrice.
- ABERNOT Y., 1988, Les Méthodes d'évaluation scolaires. Paris, Bordas.
- ABERNOT Y. 1992, Le Sujet psychologique, scolaire et administratif face au temps, actes du colloque de l'AFlRSE sur « le temps en éducation et en formation ». Lyon. Pp 28-30 mai .
- BUCHER N., 1988, Pour un enseignement centré sur l'élève. Les langues modernes. n° 6.
- BUCHER N., MOLL J. 1991, Une Expérience de formation interlangue en université d'été, Les langues modernes, n° 4.
- GARCIA J-F.. RÊMIGY M-J., IGERSHEIM J., 1988, Caractéristiques extra-scolaires d'une population d'élèves de sixième, Revue Française de Pédagogie, n° 83, pp. 57-63.
- LABELLE J-M, 1977, Université et éducation des adultes, préface de B. SCHWARTZ, Editions d'organisation, (212 p.).
- LABELLE J-M., 1992, Apprendre - Enseigner en petits groupes dans un grand groupe, actes du congrès de l'association internationale de pédagogie universitaire, Université Laval. Québec.
- LEGRAND L., 1986, La Différenciation pédagogique, Paris, Scarabée.
- LEGRAND L.,1991, Enseigner la morale aujourd'hui ?, Paris, P.U.F.
- REBOUL O., 1980, Qu'est-ce qu'apprendre ?, Paris, P.U.F.
- REBOUL O., et GARCIA J-F. 1991, (sous la direction de) Rhétorique et pédagogie, Presses Universitaires de Strasbourg.
- REMIGY M-J., 1991, La Rhétorique chez l'enfant. Rhétorique et pédagogie, Cahiers du séminaire de philosophie, Presses Universitaires de Strasbourg.
- TARDY M., 1973,. Le Professeur et les images, Paris, P.U.F.. 2* éd.
- TARDY M., 1984, Sciences de l'éducation : considérations épistémologiques, Strasbourg, C.R.D.P.

Les étudiants
Les étudiants de sciences de l'éducation sont, certainement comme dans les autres universités, très hétérogènes quant à leur formation d'origine, leur âge, leurs attentes. Les statistiques descriptives présentées ci-dessous pour les années 90/91 et 91/92 donnent une idée des caractéristiques de fa population inscrite dans cette section.
De manière très synthétique, !e nombre d'inscrits est d'environ 250 peur la licence et 130 pour la maîtrise, soit près de 400 étudiants en deuxième cycle et une trentaine en troisième cycle. Il y a trois fois plus d'étudiantes que d'étudiants ! 40 % ont moins de 27 ans mais presque 20 % ont plus de 37 ans. A titre indicatif, signalons que ces critères sont peu corrélés avec la réussite. Un tiers de nos étudiants le sont à plein-temps ; d'année en année cette proportion augmente en même temps que l'âge moyen diminue. En effet un nombre de plus en plus important d'étudiants possesseurs d'un D.E.U.G. viennent chercher en Sciences ce l'éducation, une licence les préparant à l'entrée en I.U.F.M.
Un tiers des étudiants entrent par équivalence du D.E.U.G. Ils disposent tous d'un diplôme certifiant deux années d'enseignement supérieur certifiées car un diplôme et satisfont à un examen écrit sur préparation.
Ceux qui font leurs études en travaillant parallèlement (les deux tiers) sont souvent fonctionnaires de l'Education nationale (2/3 des salariés soit 4/9 du tout !)
Nos étudiants sont donc très souvent des enseignants en activité ou en formation.
Peut-être !a présomption de pouvoir mener de front une activité professionnelle, des responsabilités familiales et des études, peut-être la forme des examens (beaucoup de productions de dossiers), peut-être la nature des enseignements qui ne les intéressent pas toujours ( !) font que plus de la moitié des étudiants de licence abandonnent. Ceux qui passent toutes les épreuves sont rarement ajournés. En maîtrise, les résultats ne sont pas plus encourageants. C'est le mémoire terminal (d'une centaine de pages) devant être soutenu devant un jury de deux ou trois enseignants, qui constitue !a difficulté majeure. Sur une centaine d'inscrits, seulement 15 à 25 diplômes de maîtrise sont délivrés chaque année.
Quant au nombre de thèses soutenues à Strasbourg, il fluctue autour d'une demi-douzaine par an.
 
Les étudiants du D.E.S.S., 16 par an, sont presque tous reçus à leur examen en raison ce la motivation professionnelle qui les anime et l'investissement financier consenti, personnellement ou par leur entreprise.
Depuis 1976, une association (A.S.E.S.) regroupe les étudiants et organise diverses manifestations : colloques, rencontres...
Les études sont organisées par blocs constitués de cours obligatoires et d'options. Les étudiants salariés disposent de deux ans pour passer les épreuves de licence et de deux ans pour passer celles de maîtrise. Les enseignements sont (sauf quelques options) regroupés sur deux jours de la semaine, le mardi et le mercredi, ce qui permet aux étudiants non strasbourgeois de ne faire qu'un voyage.
Chaque année, nous inter changeons les enseignements du mardi et du mercredi. Ceci permet aux salariés libres uniquement le mercredi de suivre tous les enseignements d'un diplôme en deux ans.
  
Les sciences de l'éducation à Strasbourg aujourd'hui 

Voir la présentation du département
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article